logo illustration haut
bandeau01

Approche centrée sur la personne


L’Approche Centrée sur la Personne (ACP) se trouve à l’origine du courant Humaniste en Thérapie. Née des interrogations de Carl Rogers sur les paramètres entrant en jeu dans les relations interpersonnelles, l’ACP se fonde sur trois conditions nécessaires et suffisantes afin que chacun puisse accéder à la connaissance de soi et de répondre aux questions liées à toute existence humaine.

La première condition : la liberté. La liberté de se trouver, d’être et d’exister en dehors de concepts préétablis. En fait, personne d’autre que le « client » lui-même (terme préféré à celui de « patient » véhiculant des notions de maladie et de soumission) est mieux placé pour savoir « quel chemin emprunter ! ».

La seconde condition réside dans le fait que le thérapeute et le client sont deux êtres différents mais égaux. Il n’existe donc aucune notion de supériorité dans ce cadre thérapeutique. C’est cette égalité qui permet au client d’accéder à l’autodétermination.

Enfin, la dernière condition peut être définie comme « le sentiment de fraternité ». Celle-ci s’instaure à travers la « congruence ». En résumé, cela signifie que le thérapeute est authentique dans ses réactions, et qu’il sait prendre conscience de ses sentiments au lieu de… jouer un rôle !

La relation devient thérapeutique parce qu’elle est « de personne à personne », « d’humain à humain » !



Cette approche thérapeutique a vocation à s’adresser à l’ensemble des problématiques humaines. Chaque personne étant différente, le nombre de séances est extrêmement variable : de quelques semaines à quelques mois.



illustration



made by ows